Es-tu protégé par une muraille de pierres ou de fleurs?

Il y a en nous une force peu commune pour protéger notre bulle et notre environnement. Juste à prononcer « muraille de pierres », nous donne la sensation d’être aussi dure et inaccessible qu’elle. Néanmoins, prononcez « muraille de fleurs » et voyez la sérénité s’installer dès lors, en vous. Faites-en l’essai! Cette force et ce désir de protection s’exprime par une muraille, quelle qu’elle soit et elle s’ajuste à la hauteur de notre compréhension.  
 
Parfois on rejette une personne à cause de son opinion contradictoire à la nôtre. Mais pourquoi ne pas rejeter que l’opinion et non la personne. Cette personne est comme vous, elle a ses aspirations, ses buts, ses croyances et ses opinions. Une idée même non acceptée, amène toujours à un moment donné, une prise de conscience. Cette prise de conscience ne se fera pas nécessairement au même moment pour les deux personnes ayant échangé mais se fera selon l’ouverture d’esprit et la qualité première des matériaux utilisés pour la muraille protectrice. 
 
Il est tellement plus facile (selon notre croyance) de détourner ses yeux d’une opinion qui nous amène à réfléchir. Et tellement plus aisé de prétendre et de se conter une histoire qui nous amènera ailleurs que dans le vrai. Mais la vie se chargera toujours d’elle-même de nous ramener là, au point de départ. C’est à dire, de reprendre une situation mise de coté sous prétexte qu’on n’a pas à la vivre ou à l’entendre. On appèle ça l’évolution, le charma ou le cheminement. Tous ses mots ont leur propre sens et signification. C’est notre charma qui veut évoluer et cheminer et notre charma c’est nous et notre muraille.  
 
Il y a toute une différence entre se clôturer d’une muraille de fleurs et ériger une muraille de pierres. Se clôturer signifie simplement, déterminer une limite sans pour autant être dans l’impossibilité de voir ce qui se passe de l’autre coté, ni d’empêcher l’autre coté de voir ce qui se passe chez nous. De laisser voir ce qui se passe chez nous, ne signifie pas de laisser entrer tout ce qui veut venir à nous mais c’est de démontrer que l’on est réceptif à voir, à entendre et à évoluer. Des mauvaises herbes, il y en aura toujours. En ce qui concerne la muraille de fleurs, tout ce qu’il y a à faire c’est d’entretenir les fleurs, d’enlever les mauvaises herbes, de laisser la lumière nous éclairer, de laisser les orages nous abreuver et nous laver des taches de la vie. Il y a des murailles de fleurs annuelles et vivaces. Les annuelles sont plus faciles à entretenir car elles sont plus fortes et s’enracinent bien malgré le sol quelque peu rocailleux et les coins ombrageux. 
 
Par contre, ériger une muraille de pierres demande beaucoup d’effort négatif et nous empêche de voir la lumière de l’autre coté. Et l’autre coté ne peut nous rejoindre car la muraille est trop difficile à escalader. Une muraille ça s’édifie au long des années et demande beaucoup de travail au noir (si je peux me permettre ce jeu de mots). Avec les années, la muraille va même jusqu’à s’enraciner au plus profond de nous. Et elle est tellement enracinée que seul l’amour, la compréhension, l’honnêteté et la sérénité parvient à la détruire petit à petit. Mais pour la détruire complètement, nous devons posséder les bons outils et surtout laisser les autres nous donner un coup de main même si cela doit nous faire mal. C’est courant d’avoir mal car la muraille nous arrache la vie tout au long de sa construction alors que la vie nous veut entièrement. La vie prendra tous les moyens que le créateur lui permet pour nous montré ce qu’il y a de l’autre coté de la muraille.  
 
La fondation première c’est nous, alors que la muraille arrive au deuxième plan, donc notre fondation est bien plus solide qu’on ne le croirait. Laisser le temps panser les blessures, laissez-vous bercer dans la sérénité. Acceptez que vous ne soyez pas parfait car la perfection n’est pas de ce monde. Vivez votre vie pleinement, prenez un grand soin de votre muraille de fleurs, laissez la vie vous faire grandir et regardez toujours vers le haut, là d’où provient la lumière. Et c’est seulement rendu là, que vous verrez que dans le fond, les mauvaises herbes ne sont pas si difficiles à arracher. C’est seulement une paresse humaine qui nous empêche de le faire.  
 
Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles à faire qu’on ne les fait pas, mais c’est parce qu’on ne les fait pas qu’elles sont difficiles!  

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site